Personne n'échappe aux diktats de la minceur avant l'été !

L'un des deux thèmes abordés par le groupe La Parole aux Blogueuses (emmené par la dynamique Sophie des Caprices de Mam'zelle So) ce mois-ci m'a donné à réfléchir : il s'agit des diktats de la minceur avant l'été.

Vous allez me dire qu'a priori, je n'en ai pas besoin : quand je parle avec des gens (pas plus tard qu'hier, tiens) je m'aperçois que l'on me perçois non seulement comme mince, mais "très mince", pour reprendre les mots de ma copine Valérie, elle-même grande et exempte de problèmes de poids. Je suis assez dépourvue de photos pour vous le montrer, mais si vous allez voir sur ma chaîne YouTube la vidéo où j'installe ma nouvelle déco, vous pourrez me voir en pied (et en action !), ce qui vous donnera une idée de ma silhouette.


Qui plus est, je ne fais pas très attention : je mange sainement, mais je ne me prive de rien. Avec mes étudiants, hier, c'était collation de 10 heures au quatre-quarts et Crocopik (je vous conseille d'ailleurs vivement cette dernière version des célèbres bonbons crocodiles de la maison Haribo si vous ne vous sentez absolument pas concerné par le sujet de cet article). Quand mon mari et moi sortons au restaurant, il me dit : "Si les autres femmes voyaient ce que tu manges, elles seraient dégoûtées." Voilà l'état des lieux. Vous devez, à ce stade, vous demander pourquoi j'écris cet article, et votre première hypothèse s'est fixée autour de l'idée de vantardise.


Eh bien, malgré ce tableau idyllique, croyez-le ou non, je suis aussi sujette que n'importe quelle autre femme à tendre l'oreille aux discours sur la minceur à cette période de l'année (à presque toutes les périodes, d'ailleurs ; mais là, j'y suis très sensible). Comment cela se manifeste-t-il ?

Un premier indice se trouve sur ma table de nuit, dont je vous révèle en partie l'indicible bordel.



Je n'achète jamais de magazines. J'ai acheté celui-là. Pourquoi ? Afin de connaître les secrets d'Estelle pour conserver un visage aussi magnifique MAIS AUSSI un corps splendide ; et surtout, pour le titre que vous voyez négligemment accroché au nom du magazine, histoire qu'on ne puisse pas passer à côté : "Objectif zéro cellulite" ; c'est un titre que j'ai dû voir soixante-douze fois depuis mon adolescence (c'est-à-dire depuis la période où je me sens concernée par un tel sujet), et j'ai acheté soixante-douze fois un magazine qui m'en faisait la promesse, préférant me dire, au lieu de "tu sais bien que rien n'aura changé par rapport à l'année dernière", "cette fois, c'est la bonne ; avec les progrès effectués, je vais tomber sur l'astuce décisive pour avoir la silhouette de mes rêves").

Parce que c'est ça qui est terrible. J'ai beau être mince, il y a des endroits de mon corps (en l'occurrence, je parle de mes cuisses et de mes fesses) qui ne m'ont jamais convenu, même à peu près. Par conséquent, je cherche à les faire fondre depuis des lustres et j'ai tout essayé par voie interne, externe, du moins cher au plus cher. Mais rien n'y fait, parce que c'est ma morphologie. Ou plutôt, et c'est plus pervers, il y a des choses qui marchent un peu. Donc on ne renonce pas, on s'accroche à ce qu'on a réussi à obtenir, et on continue la lutte. Ce qui est bien, par un certain côté : ne pas se laisser aller, c'est important, pour le moral comme pour la santé. Mais vous savez bien, toutes, et maintenant tous aussi, car les hommes commencent à être aussi très touchés par ce phénomène, que l'on ne s'arrête pas à cet entretien, et qu'on vire un peu à l'obsession, ou au complexe important, ce qui peut même entraîner des abus dangereux (les régimes hyperprotéinés et déséquilibrés, les monodiètes, les produits miracles achetés dans des circuits parallèles...).

Ce qui fait que je suis plus sujette à tendre l'oreille aux sirènes de la minceur à la belle saison, c'est que l'hiver, les vêtements me tiennent lieu de carapace. Je sais me mettre en valeur en les choisissant, et surtout, ils cachent ce que la cellulite peut avoir de plus disgracieux, même sur les minces : les petites bosses, la peau d'orange ou la peau moins ferme. Mais l'été, on est obligée de se mettre en maillot. Pire, d'aller de sa serviette jusqu'à l'eau. Et là, c'est peut-être narcissique, mais j'ai l'impression que tous les regards se focalisent sur les zones de mon corps que je trouve moches, que tout le monde ne voit plus que des zones bosselées et flasques qui s'agitent. Dans ma tête, ces zones ont triplé de volume et sont entourées de panneaux clignotants qui les signalent à qui aurait pu ne pas encore les voir. Bref, je me sens encore plus nue que nue. A fortiori parce que ma peau blanche, qui n'a jamais l'air bronzée même quand elle l'est, ne me permet pas de revêtir ce substitut du vêtement qu'est le hâle. Alors, c'est terrible : j'ai l'impression de me retrouver dans ces rêves où on est arrivé en classe à moitié à poil.

Voilà aussi pourquoi je présente malgré tout des articles sur la minceur sur mon blog. Parce que c'est aussi ma quête de tous les jours, à moi, la silhouette harmonieuse dans laquelle je me sentirai bien. Non pas parfaite, mais sans complexe. Voilà aussi pourquoi je ne balaye jamais les choses d'un revers de manche quand une copine me dit qu'elle est complexée par son corps, même quand elle est magnifique : elle ne se voit simplement pas avec mes yeux.

Mais cela me pose quand même question : est-ce que je ne participe pas moi-même à entretenir cette folie du corps parfait, par mes articles ?

Ce que je voudrais arriver à faire tourne autour de deux objectifs. D'une part, trier le bon grain de l'ivraie. Il y a des choses qui marchent, et d'autres pas. Et ce n'est pas le prix qui fait la différence. Par conséquent, j'ai envie que l'information portée par les blogs, dont le mien, serve aussi à ce que ceux qui cherchent à se faire de l'argent sur les complexes des gens en leur vendant du n'importe quoi se cassent le nez.

Et ensuite, faire passer le message que les outils que je teste ne servent qu'à parvenir à une harmonie : entre le corps et l'esprit, certes, mais même dans la silhouette elle-même. Car la rondeur et la minceur sont belles de manière égale, du moment que la silhouette n'est pas déséquilibrée, que la peau est lisse et que l'ensemble donne le sentiment qu'on est en forme. Car c'est cela dont notre silhouette devrait être le baromètre : notre état de santé général, pour indiquer si nous prenons le temps d'accorder à notre corps, et donc à notre personne tout entière, l'importance qu'ils méritent, car notre corps, c'est nous. Ne plus subir de diktats, mais suivre des guides sur le chemin de l'harmonie.




https://www.facebook.com/groups/959072747507495/?ref=ts&fref=ts









SHARE:

21 commentaires:

  1. Bonjour Adeline!
    Comme quoi, on a bien affaire à un diktat, puisque même les minces se sentent concernées... Je viens d'écrire sur un autre blog, sur un autre sujet, à propose de l'influence des magazines sur ce que je suis... J'ai été bercée par Marie-Claire (que j'achète toujours), avec ses éternels recommencements sur "comment maigrir de 25 kilos en 45 secondes" puis à intervalles réguliers "les rondes sont les plus belles femmes du monde"... Les articles sont écrits à partir des dossiers-presse des marques, on nous fait croire que les anti-cellulitite fonctionnent, qu'on doit adapter le régime à la couleur des yeux ou de l'urine le matin au réveil... Bref, pas facile d'échapper à cette image de la femme parfaite, telle Estelle Halliday, vers laquelle tous les regards se tournent quand elle dépose son paréo langoureusement sur sa natte au rebord assorti à son rouge à lèvres et quand elle se déplace telle une panthère dans l'eau, où bien sur sans maquillage elle paraît 20 ans de moins! Parce que la femme mince est aussi jeune ou en tous cas paraît plus jeune!
    En grandissant puis en vieillissant, j'arrive à être moins malheureuse d'être si loin de ce modèle, miasme me demande comment le vivent les adolescentes d'aujourd'hui et le vivront mes enfants demain. A 10 ans, mon grand surveille son physique, complètement influencé par la musculature, la coiffure et le bronzage de Ronaldo (ma hantise était qu'il s'identifie à un footballeur, et bien c'est fait). Et moi je m'astreins à lui distiller dans les conversations que ce n'est pas la vraie vie! Mais je l'ai déjà vu se peser et je me suis déjà vu demander à notre médecin de lui dire ce qu'il en est vraiment!
    Je crois que notre génération est foutue et soumise au diktat de la minceur et je crois bien avoir transmis cela à mes enfants! #jeculpabilise
    Bref, je suis au régime depuis ce matin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voulais pas dire miasme!!!! Il faut lire "mais je" et il y a aussi une faute à "vu". PFFFFTTTTTT!!!!

      Supprimer
    2. Console-toi : la culpabilité coupe l'appétit ! lol
      Sans blague, j'arrive moi aussi avec le temps à faire la paix avec moi-même... sauf en maillot. Là, ça passe toujours mal. Décidément, c'est compliqué. J'espère ne pas faire passer ça à ma fille, mais l'aider à penser avant tout à sa santé quand elle mange. #cestpasgagne

      Supprimer
  2. Coucouuu !! Rhooo oui, on se sent toutes concernées... C'est assez dingue quand on y pense. Je me pèse tous les jours, parfois je prends sur moi et je ne le fais que tous les 2/3 jours mais c'est très rare. Je compense mes excès en faisant du sport.
    Malheureusement, cela est ancré dans nos mentalités, dans nos mœurs et dans notre façon de consommer... C'est affligeant quand on y pense. Comment et pourquoi en sommes arrivé(e)s là? Je transmets sans le vouloir cela à mes enfants également! Ca y est, je déprime! Je vais manger tiens ^^
    Bisouuus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aimerais être plus indépendante d'esprit, moi aussi, mais que c'est difficile de s'extraire d'un bain culturel comme celui-là !
      Bisous, ma douce.

      Supprimer
  3. le pire , c'est que c'est le diktat des femmes envers d'autres femmes ....parce que les hommes préfèrent les formes . Eux , ils aiment nos fesses pas plates....
    Moi aussi , je suis "mince " bien que j'ai pris dix kg en 15 ans .
    Donc avant j'étais maigre . Non, en fait, j'étais jeune (argh, le mot qui tue ;-) . Mais j'ai toujours été ronde des fesses . Enfin, ronde n'est pas le mot , "deformée" convient mieux (la nénette qui ne voit pas ses fesses puisque dans le dos mais qui les imaginent plus grosses que l'Opéra Bastille ....). Ce qui me chagrine , ce ne sont pas kg mais cette cellulite qui s'est plaquée ces dernières années sur mes cuisses . Çà a commencé avec un collègue qui m'a dit " ce serait sympa si tu faisait une tarte pour la réunion ", "j'adore ta tarte au chocolat" "wouah , super bonne ta pâte sablée, comment tu l'as fait "....j'ai eu mon heure de gloire auprès de la gente masculine en alimentant leur bedaine ....Bref, la 40 aine et les tartes au chocolat, ça fait bon ménage avec la cellulite ...
    Sinon ma fille de 12 ans , maigrichonne aux grandes jambes , se trouvent "grosse des cuisses". On a eu une sérieuse discussion là-dessus mais j'ai eu du mal à lui faire dire "non, je ne suis pas grosse et quand bien même ....". Faut dire que ma belle-mère , à chaque fois qu'elle vient déjeuner à la maison , sort en disant " oh, j'ai trop mangé , je vais grossir! . c'est pas grave , je ne mangerai pas ce soir ...." Je lui mettrais bien des claques quand elle dit ça .....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, la cellulite ! Il faudrait qu'un jour elle nous lâche... les fesses ! Mais elle dépend peu de ce que l'on mange, finalement !
      Bisous (et des claques à ta belle-mère, en effet, pour ce genre de paroles devant ta fille).

      Supprimer
  4. C'est tellement vrai tout ce que tu écris !!! Moi je milite pour les photos de magazines estampillées "retouchées" ou non... Je pense que ça part de là... Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, même si je me demande lesquelles ne porteraient pas ce logo, du coup ;)
      Plein de bisous !

      Supprimer
  5. Coucou. Sujet super compliqué, super sensible aussi. Je me retrouve beaucoup dans ta description physique mais pas du tout dans l'attitude. Mais ça c’était avant ! ^^ Non sérieusement, j'ai toujours été maladivement mince alors que je mangeais des kilos de nourriture. Je finissais les assiettes de mes copains, c'est dire. Les régimes ne m'ont jamais intéressés mais dans le regard des autres, tu sens quand même le diktat du poids idéal car j'étais trop maigre donc anorexique. Blanche comme un cul aussi. Voilà, voilà. Et puis, j'ai arrêté de fumer, j'ai pris dix kilos en très peu de temps et les choses se sont inversées. Comme toi, je ne me ,plains pas. Je suis encore très mince mais j'ai du ventre et du cul et ça c’est étrange. Mon chéri me dit que je suis une vraie femme maintenant. Lol. Bref, tout ça pour dire que le regard sur le corps et le regard des autres entretiennent ce diktat et ça, article ou pas, ça ne changera jamais. Gros bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens ne sont pas plus gentils avec les "maigres" qu'avec les "grosses" ; et comme on est toujours la "grosse" ou la "maigre" de quelqu'un, tu as raison, on ne s'en sort pas.
      Heureusement, il y a les chéris !

      Supprimer
  6. Salut beauté (et oui, il faut appeler un chat, un chat !)
    Très chouette billet, qui parle de toi de manière intime mais très pudique...Effectivement, nous avons un peu les mêmes difficultés, même si personnellement avec l'âge je complexe davantage sur les formes en général que sur les défauts innés (ahah) du genre nos amis capitons...
    Comme toi, j'ai un bon coup de fourchette et je ne me prive pas, en revanche, la plupart du temps, je mange équilibré et j'apprends à écouter ma faim.
    Avant j'avais tendance à investir dans des trucs totalement inutiles (caleçons amincissants, crèmes anti cellulite), désormais, j'arrête, je crois que j'ai fini par comprendre que cela ne servait à rien ou en tout cas creuser mon déficit mais pas ma culotte de cheval !
    Je comprends ton dilemme de parler minceur alors que tu es mince... Certaines pourraient ne pas comprendre que tu as aussi des complexes. Et puis cette pression aussi de ne pas inciter les autres à adhérer à ce culte de la minceur à tout prix. J'essaie de faire gaffe avec mes enfants aussi, qui sont plutôt des allumettes à ne pas les faire associer "surpoids et surbouffe" et ne pas leur mettre la pression tout en essayant de les éduquer à une nourriture saine, même s'ils sont fans d'un bon mcdo de temps en temps.
    Bref j'ai beaucoup aimé ta façon de traiter ton sujet.
    Comme je te l'ai dit dans ma réponse à ton commentaire, moi aussi je penserai à toi devant le miroir et on se dira : on est des bombes, parce qu'on le vaut bien.

    Bisous mon petit porte bonheur bouclé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais ! On le vaut bien, tu as raison !
      On le vaut toutes bien.
      Bisous !

      Supprimer
  7. Coucou !
    C'est si bien dit ! Que l'on soit mince ou ronde, nous sommes toutes sensibles à cette dictature de la minceur. Pendant un temps j'ai trop écouté la presse et les médias, et au final je me suis fais plus de mal que de bien. J'ai des périodes où ça passe mais ça revient toujours, rien à faire, c'est comme ancré en nous.. Et le regard des autres n'arrange rien.
    J'ai adoré lire ton article. Moi je vois les choses du point de vue d'une ronde, et avoir ton ressenti en tant que mince est tout aussi intéressant. Je me rends compte que ce n'est pas très différent au bout du compte. Nous sommes toutes concernées, quelque soit notre morphologie. Ton témoignage me rappelle ma meilleure amie, qui est très mince, et qui se trouve tous les défauts du monde. Elle se tue au sport pour essayer de gommer les aspects qu'elle n'aime pas, mais n'est pas satisfaite. Tout comme moi avec les miens. Je suis incapable d'appliquer mes propres conseils, mais il faudrait arriver à se détacher de cette image donnée par la société, pour se forger la sienne. Mais on nous bourre tellement le crâne.. C'est un sacré cercle vicieux !
    Bisous et bon après-midi à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt que du sport à proprement parler, on ferait mieux de se mettre toutes au yoga ^^
      Bisous

      Supprimer
  8. Hello ma belle, ton article est vraiment bien rédigé ! J'ai aimé le lire :) Je dois dire qu'on est effectivement tous concernés par ce sujet, jamais satisfait de son corps, c'est finalement difficile d'arriver à s'aimer ou tout du moins à s'accepter un peu. Cette foutue cellulite me casse les pieds à la plage tous les ans, rien à faire, elle s’incruste cette saleté et j'ai l'impression qu'une femme sans cellulite ça n'existe pas, triste vie ! C'est vrai que l'image de la femme véhiculée par la société n'aide pas non plus...
    Merci pour cet article qui fait réfléchir, je t'envoie plein de bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis flattée que tu aies aimé le lire, toi qui es toujours si attentive à la rédaction des articles.
      Merci beaucoup, et gros bisous.

      Supprimer
  9. Coucou !
    Ton article m'a beaucoup touchée.. A te lire, je ne pensais pas que tu avais de tels complexes avant, je me disais même qu'avec ta silhouette toute mince, tu devais être très bien dans tes baskets ;)
    Je me reconnais beaucoup dans ta description.. Je trouve ça triste quand même ce diktat de la minceur. Comme tu dis, le seul critère devrait être la santé de notre corps, et pourtant, on se prend la tête pour de la cellulite..
    Contrairement à toi, je suis sujette aux problèmes de poids. J'ai déjà pesé 75 kilos il y a quelques années, et là, je suis redescendue à un poids normal, mais je suis un gros morceau de cellulite à moi toute seule ^^' Malgré le sport, je n'ai jamais vu de différence, si ce n'est que mon corps est plus tonique..
    En tout cas, je t'encourage vivement à faire plus d'articles blabla comme celui-ci ;)
    Plein de bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y songerais... il faut juste que j'aie un truc qui me paraisse intéressant à traiter. Il faudrait peut-être que je fasse des foires aux questions, tiens...
      Bisous !

      Supprimer
  10. Coucou Forty Beauty,

    Effectivement ces satanés magazines que l’on aime pourtant lire, ne nous aide pas réellement à dépasser cette période ou l’on voit des corps de déesses bronzées placardés à tous les arrêts de bus! Pour ma part, j’ai toujours eu des complexes mais finalement aujourd’hui et bien, depuis que je n’achète plus de presses féminines, mais surtout que finalement, le regard que je portais sur les autres étaient sans aucun sens critique et que je trouvais du beau même dans les détails des anatomies des personnes très durs envers elles-même. J’ai pris conscience que peu importe que le corps soit parfait et que le mien soit imparfait, je suis bien dedans et mes imperfections et bien sont au final peu de chose! alors cet été j’irais courir jusqu’à l’eau et tant pis pour toute la cellulite !! je vais sourire à l’océan et on ne verra que ça ! et puis ce qui compte avant tout, c’est de profiter du soleil sur notre peau, de l’eau qui efface tout nos tracas!! Vous êtes belles les filles!!!!

    RépondreSupprimer

Laissez-moi commentaires et petits bonjours, ça fait toujours plaisir !

Pinterest Hover Button

BLOGGER TEMPLATES BY pipdig