Ma maison prend le frais avec Puressentiel

Quand l'équipe des Co-Créatrices m'a contactée pour savoir si tester les produits Puressentiel pouvait m'intéresser, j'ai bien rigolé : en effet, ces produits, cela fait des années que je les utilise. On peut donc dire que c'est un test sur le trèèèèèèèèèèèèèèèèèèès long terme !

Mais bon, du coup, je suis bien placée pour vous donner mon avis, et vous ne pourrez pas penser que je suis influencée pour écrire cet article. Je vais donc vous expliquer comment j'utilise les produits qui m'ont été envoyés.
 



Je vais commencer par le plus connu et celui par lequel j'ai commencé moi-même : le célèbre spray assainissant aux 41 huiles essentielles (accrochez-vous : Aneth, Anis, Basilic, Bay St Thomas, Bois de rose d’Asie, Cajeput, Cannelle de Chine, Cèdre de l’Atlas, Citron, Citronnelle, Cumin, Cyprès, Eucalyptus, Fenouil, baies de Genévrier, Géranium, Gingembre, clou de Girofle, Lavande officinale, Lavandin grosso, Lemongrass, Macis, Mandarine, Marjolaine sauvage, Mélisse, Menthe crépue, Menthe poivrée, Myrrhe, Niaouli, Orange, Origan, Persil, Petit Grain Bigaradier, Pin sylvestre, Romarin, Sarriette, Sauge officinale, Serpolet, Tea Tree, Thym, Wintergreen).

Ici, il vous est présenté dans le plus petit modèle (75 ml) qui coûte une quinzaine d'euros (je vous mets un prix approximatif, car cela change selon les pharmacies). Pour ma part, je l'ai toujours chez moi dans son grand format de 200 ml : dans ce cas, il coûte une trentaine d'euros ; mais moi, j'attends toujours les promotions de fin d'hiver : dans ces cas-là, ma pharmacie le brade à environ 20 euros, ce qui est une affaire, car un spray de 200 ml me dure entre six mois et un an (et pourtant, je l'utilise intensivement !) car c'est très concentré.

L'endroit où je l'utilise le plus souvent, ce sont (attention, séquence glamour !)... les toilettes ! Je déteste absolument les bombes parfumées soi-disant "désodorisantes" qui masquent tout avec un parfum bien artificiel et écoeurant qui n'a jamais vu de fleurs autrement qu'en photo sur la bombe qui le contient : non seulement ça pue plus qu'autre chose, mais c'est bourré de cochonneries cancérigènes et polluantes. Par pitié, si vous avez une de ces infamies chez vous, virez-la, pensez à vos bronches qui s'irritent et au cancer qui vous tend les bras : je ne rigole pas, il suffit d'avoir une tendance à l'asthme pour s'en rendre compte, on respire ça deux secondes, et c'est terrible. Je vous vois venir : vous voulez acheter un neutraliseur d'odeurs. Eh bien, ça pue moins, mais c'est toujours bourré de substances nocives. Vous vous empoisonnez juste moins désagréablement. Chouette !

Mais, allez-vous me dire, vous ne voulez pas que vos toilettes sentent mauvais pour autant. Pas de panique : deux pressions de spray Puressentiel et c'est bon, vos toilettes sentent à nouveau le frais. J'ai converti ma belle-fille et ma belle-soeur dès la première fois où elles l'ont senti.

Vous imaginez bien que ce que ce spray peut faire dans vos toilettes, il peut le faire partout : dans votre cuisine pour chasser les odeurs de poisson, de friture (de brûlé, dans mon cas, aussi :) ). Franchement, dans une pièce où il y a de la nourriture, je ne me vois pas balancer allègrement des produits chimiques !
 


A ce que je vous ai dit plus haut, vous avez compris que l'asthme sévit chez moi. Si j'ai une toux asthmatiforme, chez ma fille, ça prend des proportions plus importantes. Du coup, je chasse l'acarien. C'est sportif.

Pour cela, je bombe régulièrement la literie et les peluches avec mon spray assainissant, qui a des propriétés acaricides et hop ! Mort, l'acarien.

Le spray, c'est donc le traitement de choc. Sur le long terme, pour parfumer, j'utilise plutôt les huiles essentielles. Dans les toilettes, j'ai une coupelle avec des galets d'aromathérapie (en pierre poreuse), que j'imbibe de quelques gouttes d'huile essentielle de pin sylvestre. Ce que j'aime, avec les HE Puressentiel, c'est qu'elles sont très pures et bios : parce que le concentré de principes actifs que représente une huile essentielle, à mon avis, il vaut mieux faire attention à sa provenance, pour que ce ne soit pas un concentré de pesticides.


En plus, du fait de leur pureté, ces huiles essentielles ont vraiment le parfum du végétal dont elles sont tirées (je vous assure qu'à l'odeur, il y a une différence entre les HE de qualité et les autres).

J'utilise donc aussi l'huile essentielle de pin sylvestre, seule ou en synergie avec celle de citron et d'arbre à thé, dans mon diffuseur "nuage" de chez Nature et Découvertes. Ma maison sent bon, et je profite des bienfaits aromathérapeutiques stimulants et antibactériens de ces trois huiles. C'est également excellent de les diffuser en prévention pour lutter contre les vilains microbes de l'hiver (si quelqu'un est déjà malade, je préfère carrément dégainer de nouveau mon spray pour plus de puissance et éviter que tout le monde soit contaminé).


L'huile essentielle de citron, je m'en sers pour parfumer mon spray multi-usages maison (au vinaigre blanc, avec une goutte de savon noir), mais aussi pour éviter les mauvaises odeurs rejetées par l'aspirateur : ça, c'est vraiment un truc qui me révulse. Alors, je place un coton avec trois gouttes d'huile essentielle de citron dans le bac de l'aspirateur et il me parfume la maison tout seul comme un grand (en plus, les bactéries puantes sont tuées : gnark, gnark).

Je l'emploie aussi dans ma voiture. Puressentiel suggère de mettre quelques gouttes d'HE de citron sur un chiffon avant de nettoyer avec le tableau de bord, en insistant sur les aérations. C'est vrai que ça sent tout de suite vraiment le parfum tonique et acidulé du citron. Mais moi, j'ai un truc pour que ça dure plus longtemps : j'ai acheté un diffuseur de parfum à clipser sur les aérations. Je l'ai préalablement vidé de son contenu, à savoir un immonde parfum aux fleurs synthétiques, et je l'ai remplacé par de l'HE de citron. L'huile essentielle se diffuse dans mon habitacle tout doucement pendant des jours et des jours, si bien que j'ai mon aromathérapie ambulante à chaque trajet !



Entre parenthèses, je me sers aussi de l'huile essentielle de citron en cosmétique (pour la peau et les cheveux), mais c'est une autre affaire. Ceci dit, je ne pourrais plus m'en passer. De même que de l'huile essentielle d'arbre à thé : pour soigner une imperfection, comme dentifrice ou comme antibactérien multi-usage, c'est parfait !
Ce qui est bien, avec les huiles essentielles, c'est qu'on leur trouve toujours de nouvelles utilisations ! Attention toutefois à ne pas en faire n'importe quoi : ce sont des produits très concentrés et très actifs.

Pour ce qui est du spray, vous pouvez vous en donner à cœur joie, tout est préalablement dosé par Puressentiel pour que vous n'ayez plus qu'à vaporiser dès que l'envie vous en prend.

La bonne nouvelle, c'est que je peux vous faire gagner mon spray fétiche (vous penserez à moi à chaque pschitt, j'espère ;) ), en remplissant le formulaire ci-dessous, qui vous demande de liker la page Facebook de Puressentiel ainsi que celle de Forty Beauty. Et c'est tout : à vous l'air pur !


a Rafflecopter giveaway









View Post

C'est pop et ça claque, chez Clinique !

Lors de ma soirée Gold chez Sephora, j'avais eu l'oeil attiré par la couleur follement joyeuse du Clinique Pop Liquid Matte, dans la teinte n°4, Ripe Pop (qui coûte normalement 24,95 euros, mais que j'avais payé alors avec 25% de réduction).




Il a vraiment fallu qu'elle soit jolie, parce que si vous me suivez, vous connaissez toutes les résistances que je rencontre vis-à-vis des textures mates. Mais comme vous avez pu le voir sur Instagram, ce rouge à lèvre éclaire tellement le teint, qu'il était difficile de lui dire non.



Ce qui fait que je n'aime pas le mat, d'ordinaire, c'est que cela fait des rouges à lèvres certes tenaces, mais qui dessèchent mes lèvres fragiles et qui, en plus, on souvent tendance à se faire la malle au cors de la journée sous forme de petites plaques, ou au mieux à laisser une espèce de contour des lèvres bizarre. Ici, en effet, on n'est pas dans de la longue tenue, mais au moins, cela permet à ce rouge de s'estomper avec élégance et discrétion.

L'autre avantage, c'est que cela permet d'en moduler l'intensité. Par exemple, sur ma photo Instagram, j'avais mis une couche fine et estompée, alors que ci-dessus, j'ai appliqué une épaisseur plus conséquente : on obtient deux résultats très différents, plus subtil ou plus éclatant.

Et puis la texture est, du coup, beaucoup plus crémeuse, et plus agréable à porter. Elle est légère et veloutée, non parfumée (on est chez Clinique, qui limite considérablement l'usage de parfum pour réduire les risques d'allergie).


Il s'applique avec un embout mousse suffisamment précis pour qu'on n'ait pas à forcément passer par l'étape du crayon à lèvres.




J'ai été surprise de voir que, sur le site de Sephora, les critiques avaient été assez mauvaises : mais elles viennent souvent de filles qui cherchaient le même type de rouge mat que l'on trouve chez Colour Pop ou Kat Von D : or, c'est un produit très différent, et c'est justement cela qui m'a séduite, car je l'ai finalement trouvé plus agréable et plus polyvalent.

Pensez à lui pour rendre votre printemps plus pop !









View Post

Craquante, fondante : My Pocket Make Up édition "So Cute" + concours

Dans ma dernière vidéo, je vous présente l'édition mars-avril 2017 de My Pocket Make Up, intitulée "So Cute", et c'est vrai qu'elle est cutissime, dans son sac à maillot décoré d'un panda trognon.



Mais le sac n'est que l'un des super articles que vous y trouverez : au total, 53 euros de produits pour moins de la moitié de leur prix, puisque la box vous coûtera, selon la formule que vous choisissez :


Mais ce n'est pas tout ! Allez vite voir la vidéo, car Cécile vous réserve une surprise par mon intermédiaire (rendez-vous au bas de cet article).



Cécile, notre adorable Cécile (tous ceux qui la connaissent savent que je n'exagère pas) vous propose de remporter une box My Pocket Make Up édition "So Cute". Pour cela, remplissez le formulaire suivant :



Bonne chance, et que la force du panda soit avec vous !


a Rafflecopter giveaway


View Post

Pourquoi la tendance #nomakeup m'énerve

En préambule, je souhaite bien me faire entendre : je ne dis pas que le "no make up" m'énerve ; je parle bien de la "tendance #nomakeup", nuance.

Quelle est la différence, selon moi ? La sincérité. Certaines stars ont vraiment voulu dénoncer, à travers une renonciation au maquillage, une forme d'entrave à leur liberté d'être elles-mêmes, une contrainte de chaque jour qui s'exerçait sur elles, voire une pression qu'elles participaient à entretenir en entretenant le mythe de la femme parfaite qui se réveille fraîche et pimpante : je pense à des femmes comme Gwen Stefani, par exemple, qui en avait assez que chaque photo d'elle où elle n'était pas à son top soit commentée, et d'être poursuivie par des paparazzi traquant le moindre cerne ou le moindre bouton ; ou encore à Cameron Diaz qui regrette que la recherche d'une certaine idée de la perfection l'ait même poussée à s'enlaidir en (ab)usant de la chirurgie et de la médecine esthétique. Cette démarche-là me paraît respectable, utile, salutaire autant que courageuse.

Mais comme elle a rencontré du succès, d'autres stars se sont engouffrées dans la brèche, pour détourner la chose à leur profit : comme leurs pionnières, elles ont voulu gagner en capital sympathie auprès du public. Par contre, elles n'étaient pas prêtes à renoncer à leur image de glamour et de femme parfaite. Elles ont voulu jouer sur les deux tableaux. Et là, ça m'énerve.

Comment font-elles ? Je vais vous montrer, en me prenant pour exemple. Sur les photos qui suivent, je ne suis pas maquillée. Mais attention : déjà, je n'ai pas pris ces photos dans une période de surbooking où tout est en jachère depuis trois semaines. Ainsi, j'ai une teinture des cils, ce qui me donne déjà un air moins malade qu'au naturel complet. Je ne suis pas maquillée ; mais c'est jouer sur les mots.

Et ce n'est pas fini. Car les photos, je ne les ai pas prises n'importe comment : d'abord, j'ai pris plusieurs clichés et j'ai jeté ceux sur lesquels j'avais une tête immonde. C'est de bonne guerre, me direz-vous. Ensuite, j'ai joué des filtres Instagram / Polaar. Et surtout, il y a tout une tactique derrière nombre d'entre elles.

La preuve en images.

Cliché n°1, en mode "Oh, vous me surprenez au réveil ; ce n'est pas grave, je suis quand même impeccable et mutine".




Oui, mais je prends soin de rester allongée, si bien que mes traits sont reposés. Et une légère surexposition genre "la clarté matinale inonde ma chambre" gomme les petits défauts, de même que peut le faire le grain de la photo : il est grossier, donc ça fait amateur et authentique ; ça permet surtout de planquer la mochitude du matin.

Deuxième photo, en mode "je m'appuie rêveusement à la fenêtre".

Et là, figurez-vous que pas de chance, il y a un store à lattes qui vient découper des zones d'ombre et de lumière, si bien que votre téléphone ne sait plus où donner de la tête pour ajuster la clarté. Tout est brouillé, on ne voit rien, mais ce n'est pas grave, on vous fait confiance : vous êtes sublime en #nomakeup.

Cliché n°3 : "je suis en gros plan, je n'ai rien à cacher".

En très gros plan, même chose que précédemment : votre téléphone n'arrive pas à faire de mise en point, et la grossièreté du grain floute vos défauts. Un petit coup de filtre "vignette" pour achever l'effet, et vous voilà sans une imperfection pour pas un rond.

Cliché n°4 : "Vous m'avez surprise dans ma cuisine : normal, je suis une ménagère comme les autres, moi".

Sauf que... si la star se tient la tête dans les mains, ce n'est pas parce qu'elle est claquée d'avoir fait sa journée de boulot, ou d'avoir couru faire la sortie de l'école, fait faire les devoirs aux enfants en faisant la cuisine, en lançant une lessive et en lisant les dernières factures. Non : c'est parce que comme ça, ni vu ni connu elle se fait un lifting temporaire en tirant ses traits vers l'arrière. Miracle, mes sillons nasogéniens ont pratiquement disparu. En prime, un noir et blanc qui fait "arty" (mais qui permet surtout d'escamoter toutes les rougeurs au passage).

En somme, vous l'aurez compris, ce qui me gonfle prodigieusement dans cette affaire, c'est l'hypocrisie qu'il y a derrière tout ça. Avec les photos que l'on trouve habituellement dans les magazines, même si on y est sensible, on a toujours les armes intellectuelles pour les mettre, si on le souhaite, à distance, et ne pas trop se laisser influencer par elles. Là, on est dans la même construction d'image parfaite... mais qui ne dit pas son nom et ne s'assume pas, vous laissant penser que si vous, vous vous réveillez avec une tête de hareng pas frais, ou que vous n'êtes pas sublime en n'ayant pas fait un quart d'heure de ravalement de façade, c'est juste parce que vous, vous êtes intrinsèquement moche, voire un peu responsable de tout ça car vous manquez de la volonté nécessaire pour vous entretenir suffisamment pour être belle au naturelle. Alors que la star, elle, en élue des dieux, n'a besoin de rien pour être rayonnante. Mieux, elle a la beauté infuse et d'autant plus touchante qu'elle est nue.

J'ai peut-être une tête de hareng pas frais, mais je ne suis pas une nouille. Donc toi, la star #nomakeup : soit tu assumes de ne pas toujours être au top, soit tu te maquilles. Mais tu n'essaies pas d'écrabouiller sournoisement les "femmes ordinaires" en les noyant sous un peu plus de complexes pour entretenir la distance entre elles et toi, en leur demandant de surcroît de te trouver sympa et authentique.

Pour voir des exemples très divers de ces selfies d'un nouveau genre, cliquez ici.




View Post

TAG : accro au maquillage, moi ?

Ma douce et adorable Elodie, dont il faut absolument que vous visitiez le blog Serenamente, m'a sommée de passer aux aveux. Donc, je le déclare, en membre des Accros du maquillage Anonymes : "Je m'appelle Adeline, et je suis accro au maquillage".




Voici la liste des questions auxquelles je devais répondre :

1. Quelle est la marque de maquillage la plus représentée dans ton vanity ?
 2. Le produit que tu es la plus fière de posséder ?
 3. Si on t’offre là maintenant le produit de ton choix, que choisis-tu ?
4. Les marques qui te font rêver en ce moment ?
5. L’achat qui t’a le plus déçue ?
6. Combien de rouges à lèvres possèdes-tu ?
7. Es-tu une acheteuse compulsive ou raisonnée ?
8. L’indispensable que toute make-up addict devrait avoir selon toi ?
9. Ton maquillage idéal pour les fêtes ?
10. Comment ranges-tu ton maquillage ?
11. Tag : Accro au maquillage, moi ? En résumé.



A mon tour, je tague... tout le monde : si vous avez envie de prendre la suite de la chaîne, indiquez-le moi en commentaire, et j'inscrirai ici votre nom avec le lien vers votre article.

Mais il y en a quand même une que je vise en particulier : c'est ma Blog Angel Sophie, +Les trésors d'Esthelle  . Alors, prête à relever le défi ?






View Post

Je vis un conte de fées, avec Il Etait Un Vernis

Vous l'avez remarqué, je parle très peu souvent de vernis à ongles. Mais pour Il était un vernis..., je fais une exception.


C'est grâce à la belle Frédérique, du site Le Bar à Tutu, que j'ai connu cette marque. Depuis longtemps, je lorgnais sur les vernis pailletés d'une célèbre marque anglaise, mais j'étais découragée par les frais de port. Et cela faisait un bout de temps aussi que je voulais essayer des vernis plus respectueux de la santé. Alors, quand Frédérique nous a appris qu'il existait une marque qui faisait des vernis plus beaux encore que ceux de mes fantasmes, qu'ils étaient expurgés de toutes les cochonneries qui traînent habituellement dans les vernis, et qu'en plus la marque était française, alors là...

Car ce sont deux blogueuses Frenchies qui en sont à l'origine : il y a Bé, du blog Vernis en folie et Stéphanie du blog De tout et de rien... Surtout de tout, tous deux bien achalandés en articles sur l'art de la manucure, bien sûr !

Vous noterez l'élégance de leur flacon, dont la police de caractère garde malgré tout un caractère plein de fantaisie, qui correspond bien au nom que la marque s'est choisi. Et ce flacon n'est pas seulement beau : il est pensé pour être stable, permettre un essorage idéal du pinceau, lui-même idéalement designé (oui, même pour les maladroites comme moi, ce qui n'est pas rien).

La texture du vernis est parfaite, elle glisse parfaitement sur l'ongle et ne met pas trop longtemps à sécher ; et surtout, elle tient très bien sur l'ongle (parce que je n'ai pas vraiment le temps de me faire les ongles plus d'une fois par semaine, pour ma part : il faut donc que mon vernis résiste au moins ce temps-là).

Et surtout, surtout, ils sont exempts de : formaldéhyde, phtalate de dibutyle (DBP), toluène, résine de formaldéhyde et camphre (vous trouverez la liste complète des ingrédients ici).

Ils sont également vegan, c'est à dire qu'ils sont formulés sans produits d'origine animale et cruelty free, donc non testés sur les animaux, conformément à la réglementation, non testés sur les animaux.

Bon, tout ça, c'est bien joli, mais s'ils étaient moches, ces vernis, je ne les aurais même pas regardés. En fait, je les trouve idéalement pailletés (attention, ce sont de toutes petites paillettes dont l'effet est très raffiné, ce ne sera pas La Fièvre du Samedi soir sur vos ongles, hein !), ce qui rehausse leurs couleurs et leur donne de la profondeur en les nuançant. D'ailleurs, ma manucure pourrie (je vous l'avais dit, que j'étais nulle) ne leur rend pas justice.

Je vous présente les deux vernis que j'ai dans ma collection. Le premier est #ladykiller, un noir bleuté à paillettes grises.



Le second se nomme Curtain Call et il est moiré de paillettes dorées si bien qu'il rappelle en effet les rideaux de scène.


J'ai été assez classique dans mes choix, mais vous trouverez des couleurs plus originales les unes que les autres, et toutes somptueuses.

A vos pinceaux ! La manucure de vos rêves vous tend les bras.



View Post

Ma recette pour lutter contre la dermite séborrhéique

Hello !
Je vous retrouve après une bonne semaine d'absence ; j'étais partie m'aérer la tête à la montagne, et ça nous a vraiment fait du bien.




L'une d'entre vous m'avait demandé ma recette pour combattre la dermite séborrhéique, cette parente du psoriasis qui nous pollue la vie avec les démangeaisons du cuir chevelu qu'elle occasionne, et qui sont franchement féroces et tenaces.

Dans ma vidéo YouTube, je vous explique comment je m'en débarrasse quand elle décide de s'inviter chez moi.




N'hésitez pas à commenter, liker ou vous abonner pour soutenir ma chaîne, je serai heureuse de vous y retrouver.





View Post

J'ai apprivoisé la Silidrop (no sponsor)

Quand j'ai vu la Silidrop, j'ai trouvé que le concept était malin ; et puis, j'ai lu beaucoup d'avis négatifs. Quand sont apparus des avis positifs, ils étaient sponsorisés, alors je ne savais pas trop quoi en penser. Jusqu'à ce que mes blopines, en qui j'ai toute confiance, en disent du bien.

Intriguée, je me suis acheté cet outil de teint d'un nouveau genre : je vous donne donc mon avis d'utilisatrice qui a apprivoisé la Silidrop, et je vous explique à quelles conditions elle peut vous être utile à vous aussi. Car à mon sens, elle ne conviendra pas à tout le monde...







View Post

Mes cadeaux surprises : merci, Natpiment !

Voilà un article que j'aurais dû faire depuis un sacré bout de temps car ma blopine Natpiment nous avait offert un bien joli cadeau pour la fin de l'année : elle avait décidé, simplement pour nous remercier d'être là (mais, oui !) d'organiser un jeu où il fallait deviner un produit de maquillage à partir d'indices qu'elle nous laissait. J'ai eu la chance de le gagner et elle m'a envoyé un lot de produits parmi lesquels j'en avais deux à choisir.



Si vous voulez découvrir mon choix et celui de Natpiment, regardez ma dernière vidéo sur ma chaîne Youtube.



Allez également découvrir le blog de Natpiment, dont le titre résonne comme un mantra : N'en faire qu'à sa tête. Elle a aussi une chaîne Youtube, alors passez lui faire un petit bonjour !






View Post

Pinterest Hover Button

BLOGGER TEMPLATES BY pipdig